DSC00126

Foules, foulées à l’air libre de brume.

Il se souvient encore de son regard lancé au ciel, de son regard d’émerveillement.

Il se rappelait de ses premiers petits pas, sur ce sol blanc enneigé, il les posait avec tant de précaution, avec tant de prudence.

Sur son visage, on pouvait lire le sourire qu’il adressait à cet air autour de lui, à cette force qui lui permettait délicatement de faire craquer la neige au sol, à ce mouvement qui l’amenait à franchir le pas.

Et quelques pas plus loin, de découvrir en se retournant qu’il y avait une herbe majestueusement verte sous ce don immaculé..

Ce matin de brume, tout était désert : point de foule, ni de cri. Ce matin de brume, tout n’était que traces de pas foulés au sol. Ce matin de brume, tout n’était que particules d’air renvoyés au ciel.

Ce matin de brume, tout n’était que pas silencieux, pensées enneigées.

Il y avait tant de brume, de forces, d’espaces et de couleurs autour des pas.

Il y aura toujours tant.

Des-Ordres et des relèves-toi.

( “Ce qui sauve, c’est de faire un pas. Encore un pas.

C’est toujours le même pas que l’on recommence…” Saint-Exupéry, Terre des Hommes

( pas foulés – 1er janvier 2011 )

Publicités