Il y a juste à se dire qu’il faut aller au delà des limites,

De ces murs invisibles qui même s’ils existent irrémédiablement,

Renferment d’infinis champs d’espérances et révélant d’inimaginables sentiers de possibles.

J’avais posé un pas fébrilement, un autre fragilement, pour découvrir pas à pas que le chemin aller être admirablement long, sinueux mais miraculeusement bien plus lumineux.

 

( © chemin de traverses l’automne )

 

Publicités