« Tout, dans la vie moderne, vise à étouffer le sens héroïque de la vie. Tout tend à la mécanisation, à l’embourgeoisement, à la grégarisation systématique et prudente d’êtres insatiables et dont aucun ne se suffit à lui-même. Des quatre castes sur lesquelles était fondée l’organisation rationnelle et intégrale de la société dans l’Orient ancien (les travailleurs, les marchands, les héros et ceux qui sont initiés à la sagesse), il ne reste plus aujourd’hui que les deux premières. Même la guerre, qui a été mécanisée et transformée en une science froide, n’est plus faite par des guerriers au sens ancien, classique et médiéval, mais par des soldats. Etouffée, la volonté héroïque cherche d’autres voies, d’autres issues, pour échapper au piège des intérêts pratiques, des passions et des convoitises, qui se resserre chaque jour davantage. L’enthousiasme que montrent nos contemporains pour le sport en est peut-être une manifestation déviée. La lutte avec les hauteurs et les précipices est tout de même l’expérience la plus pure et la plus belle, car elle n’est pas soumise à tout ce qui est mécanique et à tout ce qui affaiblit la relation directe, absolue, entre le moi et les choses.

La nature profonde de l’esprit qui se perçoit comme infini et libre, toujours au-delà de lui-même, au-delà de toute forme et de toute grandeur qu’il trouve en lui ou en dehors de lui, s’éveille et resplendit dans la « folie » de ceux qui, sans raison et sans but, escaladent des sommets et des crevasses avec une volonté inébranlable qui triomphe de la fatigue, de la peur, de la voix de l’instinct animal de prudence et de conservation.

Être livré à soi-même, sans aide, sans voix d’issue, avec sa force ou sa faiblesse, sans personne sur qui compter que soi-même – grimper de rocher en rocher, de prise en prise, inexorablement, pendant des heures – avec la sensation de l’altitude et du danger imminent, enivrant, avec la sensation de la solitude solaire ; la sensation d’une indicible libération et d’une respiration cosmique à la fin de l’escalade, lorsque la lutte est finie, l’angoisse, surmontée et que s’ouvrent des horizons vertigineux qui s’étendent sur des centaines de kilomètres, alors que tout le reste est plus bas – en tout cela il y a réellement une catharsis, un éveil, une renaissance de quelque chose de transcendant et de divin. »

Julius Evola  » Méditation du haut des cimes »

Publicités