« Le temps : tout était là en cinq lettres, cette simple syllabe.
J’allais soudain en être riche, ne plus courir après, le nez rivé sur l’ordinateur, le téléphone.
Pendant neuf jours, j’allais devenir milliardaire du temps, plonger mes mains dans des coffres bourrés de secondes, me parer de bijoux ciselés dans des minutes pures, vierges de tout objectif, de toute attente, de toute angoisse.
J’allais me gaver d’heures vides, creuses, la grande bouffe, la vacance, entre ciel et mer ».
Nicolas Delasalle. Le gout du large.

Publicités